Doisneau : le grand photographe français admirait les musiciens – Expo

Les Rita Mitsouko par Robert Doisneau

Robert Doisneau a photographié une cohorte de musiciens, célèbres ou inconnus. Une exposition originale, à la Philharmonie de Paris, montre 200 photos majeures.

 

Les liens avec les musiciens ont nourri la vie de Robert Doisneau, l’un des photographes français les plus populaires du XXe siècle. C’est ce que cette exposition à la Philharmonie de Paris fait découvrir.

Le Clairon du dimanche, Antony, 1947 © Atelier Robert Doisneau
Le Clairon du dimanche, Antony, 1947 © Atelier Robert Doisneau

Deux cent photographies ont été rassemblées qui montrent les artistes anonymes ou célèbres que Doisneau côtoyait ou rencontrait dans ses balades photographiques. Parmi eux : les Rita Mitsuko, une accordéoniste de rue, Jacques Higelin, un joueur de clairon, Juliette Gréco, Pierre Boulez, Pierre Schaefer… Une vraie procession !

Renaud, rue watt, Paris, 1988 © Robert Doisneau-Gamma Rapho
Renaud, rue watt, Paris, 1988 © Robert Doisneau-Gamma Rapho
L’archet, 1958 © Atelier Robert Doisneau
L’archet, 1958 © Atelier Robert Doisneau
L’un des photographes majeurs du XXe siècle
Robert Doisneau en 1992.- Photo Bracha L. Ettinger Creative Common.

Robert Doisneau (1912-1994) est l’un des photographes français parmi les plus populaires du XXe siècle. Aux côtés d’autres photographes majeurs comme Willy Ronis ou Édouard Boubat, il est l’un des principaux représentants du courant de la photographie humaniste française.

Dès les années 1950, pendant plusieurs décennies, il a photographié la poésie de Paris et de sa banlieue comme personne. Il était le photographe de l’amour des petites gens comme des personnalités les plus connues. Ce promeneur infatigable a laissé une œuvre photographique majeure, habitée, humaine et touchante qui compte 450 000 négatifs.

La photo du Baiser l’a rendu célébrissime

Parmi ses images marquantes les plus populaires : Le Baiser de l’hôtel de ville, célèbre photographie en noir et blanc. Prise en 1950 à proximité de l’hôtel de ville de Paris, elle représente un homme et une femme qui s’embrassent sur un trottoir encombré de passants, devant une terrasse de café.

Conçue par Clémentine Deroudille, précédemmant commissaire des expositions Brassens et Barbara, et petite-fille du photographe, l’exposition est mise en musique par le groupe Moriarty et scénographiée par Stephan Zimmerli, musicien et graphiste de ce même groupe.

 

>>> La bio de Robert Doisneau sur Wikipedia France

 

Photo d’ouverture : Les Rita Mitsouko 13 octobre 1988; Parc de la Villette, © Atelier Robert Doisneau

 

Infos pratiques

Philharmonie de Paris

221, avenue Jean-Jaurès

75019 Paris

 

Exposition jusqu’au 28 avril 2019

 

Horaires

Du mardi au vendredi de 12h à 18h

Le samedi et le dimanche de 10h à 18h

En soirée les jours de représentation

Fermé le lundi

Fermé le 25 décembre, le 1er janvier et le 1er mai.

 

Tarifs

  • Tarif plein : 11€Abonnés Philharmonie de Paris : 8€
  • Tarif réduit 1 : 9€
    Titulaires d’un billet de concert Philharmonie de Paris (Billet +).
    Groupes à partir de 10 personnes, comités d’entreprise, association du personnel.
    Professeurs des écoles de musique, jeunes de 26 à 28 ans inclus, titulaires du Pass éducation.
  • Tarif réduit 2 : 6€
    Jeunes de moins de 26 ans, demandeurs d’emploi, bénéficiaires des minima sociaux.
  • Gratuité
    Titulaires de certains justificatifs (Carte presse CCIPJ uniquement, Carte Culture, Carte ICOM, Carte de guide-conférencier), enfants de moins de 6 ans, Amis de la Philharmonie de Paris, personnes handicapées et leurs accompagnateurs.
Comment y aller

La page Comment venir du site de la Philharmonie de Paris (avec des liens vers le calcul d’itinéraire et des plans)

 

Transports en commun

Métro

Ligne 5 : station Porte de Pantin

Direct depuis la Gare du Nord (5 stations) et depuis la Gare de l’Est (6 stations).

 

Tramway

T3b : station Porte de Pantin / Voir le trajet

 

Bus

Ligne 75 : Pont Neuf – Porte de Pantin / Voir le trajet

Ligne 151 : Bondy-Jouhaux-Blum – Porte de Pantin / Voir le trajet

 

RER

Ligne E : station Pantin, puis empruntez le bus 151 pour rejoindre en quelques arrêts la Philharmonie de Paris / Voir le trajet

 

En voiture

Parking Philharmonie de Paris

Accès direct depuis le boulevard périphérique et depuis la Porte de Pantin au Parking Philharmonie / Q-Park.

185, boulevard Sérurier, 75019 Paris – 564 places pour les voitures, dont 15 emplacements PMR, 90 pour les deux-roues.

Réservez votre place au parking Philharmonie de Paris à l’avance (dans la limite des places disponibles), en quelques clics, de manière rapide et sécurisée (jusqu’à 2 heures avant votre stationnement) et exclusivement sur q-park-resa.fr.

Privilégiez la Sortie Sud du parking pour accéder directement aux ascenseurs desservant la Grande salle Pierre Boulez.

 

Autres parkings :

Parking La Villette Cité de la musique

Parking de la Cité des sciences

 

  • Show Comments (0)

Your email address will not be published. Required fields are marked *

comment *

  • name *

  • email *

  • website *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ads

You May Also Like

Elton John, 1986

Elton John : ses 50 plus grandes chansons classées par The Guardian

Les 50 meilleurs morceaux d’Elton John dans une liste. Ça paraît bête mais ça rappelle ...

Oumou Sangaré Mogoya

Oumou Sangaré : un concert enfiévré

La chanteuse malienne Oumou Sangaré a enflammé hier soir ses 700 spectateurs. Cette star ...

Les musiciens country Jimmie Allen (à gauche) et Kane Brown, en 2018Le chanteur country Kane Brown en concert, en 2018

Tatoués, sensibles, blacks : les nouveaux visages de la musique country américaine

Deux jeunes musiciens, l’un noir, l’autre métisse, chamboulent les vieux codes de la country ...

Mélomane avec son casque

Playlists : la nouvelle potion magique musicale

Les playlists de Spotify et des grands du streaming peuvent faire et défaire le ...

James BKS

James BKS, le fils de Manu Dibango, s’affirme comme créateur

James BKS raconte l’exploration de ses racines africaines dans son premier single, Kwele. Fils ...